« Lui, Pierre Didier, empoigne l'objet, le sort de son refuge, le tourne, le retourne, le palpe, le caresse, le frappe -toujours avec respect- pour mieux le lire, le plante là où il n'était pas, où il ne sera jamais, hormis en l'ordre vrai des choses qui échappe à l'homme distrait ou pressé de mourir. Puis il offre la lumière, sa lumière et, tel un astronaute en mission, passe derrière lui en exploration d'une face cachée qui le fascine. »

Gilles Laporte, Écrivain, Sociétaire des Gens de Lettres de France.